Free Joomla Template by Discount Justhost

Les moyens de limitation de la dérive (liste officielle à télécharger ICI)

La dérive de pulvérisation, c'est à dire les embruns qui s'échappent de la parcelle à traiter, est un problème important. Elle se traduit par des pertes de produits pour l'agriculteur, mais surtout, elle peut avoir des conséquences graves, tant sur les cultures voisines que sur l'environnement.

En 2006, les Ministères en charge de l'Agriculture et de l'Environnement, ont publié un arrêté imposant la protection des eaux de surfaces. Ainsi, une "Zone Non Traitée" (dite ZNT) est obligatoirement mise en place en bordure des points d'eau, cours d'eau et zone de captage.

Le texte précise dans sont article 11. "Après avis de la commission d’étude de la toxicité des produits phytopharmaceutiques, des matières fertilisantes et des supports de culture, une largeur ou éventuellement des largeurs de zone non traitée peuvent être attribuées aux produits selon leurs usages. Ces largeurs ne peuvent être prises que parmi les valeurs suivantes : 5 mètres, 20 mètres, 50 mètres ou, le cas échéant, une largeur supérieure ou égale à 100 mètres."

 Toutefois, l'arrêté indique (Art. 14) qu'il est possible "Par dérogation à l’article 12-I du présent arrêté, lors de l’utilisation des produits, la largeur de la zone non traitée à respecter peut être réduite de 20 à 5 mètres ou de 50 mètres à 5 mètres, sous réserve du respect des conditions précisées à l’annexe 3 du présent arrêté."

L'annexe 3 définit donc les 3 conditions à repecter pour autoriser la réduction de la ZNT.

A. − Conditions à respecter pour pouvoir réduire la largeur de la zone non traitée de 20 à 5 mètres ou de 50 mètres à 5 mètres en application de l’article 14. Les conditions suivantes sont à respecter simultanément :
1. Présence d’un dispositif végétalisé permanent d’au moins 5 mètres de large en bordure des points d’eau :
– arbustif pour les cultures hautes (arboriculture, viticulture, houblon et cultures ornementales hautes), la hauteur de la haie doit être au moins équivalente à celle de la culture ;
– herbacé ou arbustif pour les autres cultures.
2. Mise en oeuvre de moyens permettant de diminuer le risque pour les milieux aquatiques. Ces moyens doivent figurer sur une liste publiée au Bulletin officiel du ministère de l’agriculture et de la pêche. Chaque moyen retenu doit permettre de diviser par au moins trois le risque pour les milieux aquatiques par rapport aux conditions normales d’application des produits.
3. Enregistrement de toutes les applications de produits qui ont été effectuées sur la parcelle depuis la préparation de son implantation avec la culture annuelle en place ou, pour les autres cultures, au cours de la dernière campagne agricole. Cet enregistrement comporte au moins le nom commercial complet des produits utilisés, ou leurs numéros d’autorisation de mise sur le marché, leurs dates et doses d’utilisation.

La liste des matériels autorisant la réduction de la ZNT est régulièrement remise à jour, selon les nouveaux matériels développés par les constructeurs et les nouveaux essais menés par les centres techniques ou laboratoires d'essai.